Blog :

Le Québec peine à retenir ses migrants francophones

Le Québec peine à retenir ses migrants francophones

Le Québec peine à retenir ses migrants francophonesLe Québec peine à retenir ses migrants francophones

[ Le saviez-vous? ]
1 français sur 2 rentre en France au bout de 5 ans!
Mais à quoi est du un tel échec?

Ils sont nombreux, ceux et celles qui ont rêvé de s’établir au Québec afin de se refaire une vie en français. Les publicités gouvernementales laissent miroiter des possibilités d’avenir assuré dans leur langue maternelle, avec un processus de sélection qui les avantage.
Oui, le Québec c’est super, mais ce n’est pas mieux! il ne faut pas y aller pour les mauvaises raisons, et surtout il faut être bien préparé et accompagné pour un tel projet

Rendus ici, ils sont dans bien des cas confrontés à une tout autre réalité. « Au Québec, j’ai été immédiatement mis dans une boîte : celle de l’immigrant francophone, chose que je n’ai pas vécue ici, à Toronto avec les anglophones, même si j’ai un accent en anglais », se souvient George Achi, un Libanais d’origine, naturalisé Français.

Même s’il occupait un bon emploi, il a quitté le Montréal qu’il aimait, mais qui lui rappelait un peu trop les questions identitaires de son passé franco-libanais.

« À Toronto, je suis anonyme et je n’ai pas à me poser toutes ces questions que je fuyais et qui finissent par être difficiles à vivre. »

George Achi

Le couple Sibileau-Brossas, originaire de France, a immigré il y a quelques mois à Mississauga, la banlieue de Toronto. L’entreprise de Thomas Brossas a déménagé ses activités aéroportuaires vers l’aéroport international Pearson de Toronto, le plus important au pays.

Et son épouse, Marine, l’a accompagné.

« Au Québec, les gens sont toujours en mode défensif pour la protection de la langue. C’est bien, mais il y a une carapace dure à percer. On laisse moins entrer d’autres cultures. »

Marine Sibileau

« Toronto est la ville de plein de communautés alors que le Québec est aux Québécois de souche », constate-t-elle.

 

Vous avez un projet au #Canada?
Contactez-nous : info@classeaffairescf.com

Credit : http://bit.ly/2uTGZGV « Radio Canada »

La restauration Vegan un nouveau marché à conquérir ?

La restauration Vegan un nouveau marché à conquérir ?

Plus qu’un épiphénomène, la tendance végan gagne de plus en plus d’adeptes au point de voir fleurir des boutiques spécialisées orientées bio, ainsi que des restaurants 100% végans ou proposant à leurs cartes quelques plats végans. Et la franchise dans tout ça ? Elle hésite encore !

Les végétariens et les végétaliens gagnent du terrain. Quelles différences entre les deux ? Les végétariens ne mangent pas de viandes, pas de poissons, mais ils mangent des protéines animales issues des produits laitiers (lait, fromage, crémerie, beurre, etc.) et des oeufs. Les végétaliens de leurs côtés sont plus stricts encore dans leurs convictions. Ils ne mangent aucune protéine animale : pas de viandes, pas de poissons, pas de produits laitiers, pas d’œufs. Ce régime 100% végétal gagne du terrain en France, mais de là à créer un réseau spécialisé de restaurants végan en franchise, il y a une marge !

 

Le marché végan en chiffres

Selon une étude CHD Expert menée fin 2016, 5% des Français interrogés se déclaraient végétariens et 2% végans. Ces chiffres concordent peu ou prou aux résultats obtenus par un récent sondage Harris Interactive qui arrivait à 5% de Français végétariens et 4% végans. Autres concordances, de plus en plus de Français diminuent leurs consommations de viandes. Ainsi, selon l’étude CHD Expert, 30% des consommateurs se déclarent aujourd’hui flexitariens, autrement dits omnivores mais avec la volonté de réduire leur consommation de protéines animales. Dans cette même étude, 46% des sondés souhaiteraient que les restaurants à table proposent un ou deux plats végans à leur carte. On retrouve quasiment les mêmes chiffres dans une étude Kantar WorldPanel, 2016 : 34% des foyers comptent au moins une personne qui tend à réduire ou limiter sa consommation de protéines animales. Pourquoi ? En fait, si le véganisme s’appuie essentiellement sur des raisons éthiques (bien-être animal), des raisons environnementales, gustatives ou de santé sont également mises en avant.

A l’image du bio, la tendance végane « ratisse » donc beaucoup plus large que les simples militants pour la cause animale.

Un marché encore trop étroit ?

Malgré l’engouement pour le véganisme, le marché reste encore confidentiel. Les enseignes spécialisées se comptent de fait sur les doigts d’une main. Mais les choses avancent. Le 21 juin dernier par exemple, l’enseigne de magasins bio du groupe Monoprix, Naturalia a ouvert 3 magasins bio 100 % végan. Avec quelque 2000 références de produits bio et végans (alimentaires et non-alimentaires), ces nouveaux magasins enfoncent le clou. Mais l’expérience n’est pour l’instant menée qu’en Ile-de-France, dans le 11e et le 17e arrondissement de Paris et à Vincennes, et elle est portée par un précurseur de tendance sur le bio : Naturalia. Si cette initiative va sans doute trouver son public en zone ultra-urbaine, il n’est pas sûr qu’elle soit déclinée à grande échelle sur tout le territoire. Et si l’expérience végane de Naturalia répond à un vrai besoin d’approvisionnement en produits végans de base, de là à transposer cette expérience en restauration, il y a une marge.

Quel développement en restauration 100% végane ?

Si les professionnels de la restauration ont bien compris que le véganisme est une tendance à suivre, le marché est encore loin d’être mûr en France. La preuve ? A l’heure actuelle, aucune enseigne ne s’est véritablement lancée sur ce créneau étroit. Mais là aussi, les choses avancent. Des enseignes véganes anglo-saxonnes comme Native Food Café, VeganBurg, Boon Burger ou encore Go Vegan lorgnent sur la France. De son côté, le réseau de restaurants végétariens américain Maoz (actuellement installé uniquement à Paris) recrute également en franchise en France. Et d’autres devraient suivre, à l’image de Hank, qui, à la tête de deux établissements dans le quartier du Marais à Paris (un restaurant de hamburgers sans viande, et une pizzeria végane), s’apprête à décliner son offre en franchise.

Vers une déclinaison « flexitarienne » probable

Si les offres 100 % véganes sont encore compliquées à mettre en place en France, une offre mixte proposant à la carte des recettes classiques, des recettes végétariennes et des recettes véganes, s’installe peu à peu dans les restaurants. A l’image du bio, la conversion se fera donc par petites touches. En franchise, le végétarien commence déjà à s’insérer sur les cartes. Pour le végan, les choses devront attendre encore un peu.

Copyright : Toute la franchise Dominique Andre Chaigneau http://bit.ly/2tfv9CS

 

Le journal l’Express : immigrer au Canada!!!

Le journal l’Express : immigrer au Canada!!!

Le journal l'Express : immigrer au Canada
Le journal l’Express : immigrer au Canada

Le journal l’Express : immigrer au Canada. Partir au Québec : « une bonne préparation est nécessaire » article de l’express sur immigrer au Québec.

Le journal l’Express : immigrer au Canada!!!

 

La nouvelle édition du numéro spécial de L’Express consacré à l’expatriation au Canada est en kiosque. 130 pages de reportages, témoignages et conseils à lire dès maintenant.

Le Canada? Un pays qui séduit autant, et aussi durablement, que son jeune et fringuant Premier ministre, Justin Trudeau, toujours aussi populaire près de deux ans après son élection. A 45 ans, Trudeau incarne aux yeux du monde ces valeurs – ouverture, tolérance, confiance et optimisme – qui font, année après année, du pays à la feuille d’érable la destination rêvée des Français désireux de s’inventer une nouvelle vie, ou plus simplement de tenter l’aventure de l’étranger.  

Car malgré une histoire et une langue en commun avec la France, le Canada est bien un pays étranger. Il faut le dire, et le réécrire, au risque de casser les illusions de certains candidats à l’immigration. Mode de vie, codes culturels, relations professionnelles et personnelles: tout est différent dans cette Amérique très éloignée de l’Europe mais aussi des Etats-Unis voisins. Préparez-vous au choc: il ne sera pas seulement thermique si vous débarquez côte est en plein hiver.  

Un Canadien sur cinq est né à l’extérieur des frontières

Pour bien des Français, Canada=Québec=Montréal. Une illusion d’optique à corriger également. Le Canada est un pays multiple: pas grand-chose à voir entre l’Ontario industriel et la verte Colombie-Britannique, entre Toronto la cosmopolite et Vancouver l’asiatique. Sans parler de Montréal, qui défend sa francophonie avec passion, ou de Calgary, capitale de l’Alberta (surnommé le Texas du nord) et de l’or noir. 

Ce qui le rend unique? Ces fameuses valeurs auxquelles doit adhérer tout nouveau citoyen, et même tout nouveau résident, et qu’un seul mot pourrait résumer: le respect. Respect des institutions, des règles, des autres et de leur identité. Ainsi peut vivre en paix un peuple qui se renouvelle sans cesse par l’immigration: un Canadien sur cinq est né à l’extérieur des frontières.  

Cette immigration est souhaitée, encouragée mais extrêmement sélective: elle doit répondre aux besoins du pays et garantit ainsi que tout nouvel arrivant puisse y trouver sa place. N’émigre donc pas qui veut au Canada: voilà encore une illusion à faire tomber.  

Battre en brèche les clichés, et vous aider à préparer au mieux votre expatriation: c’est la mission de ce numéro spécial, dont nous fêtons la 10e édition, en même temps que la confédération canadienne fête son 150e anniversaire (le 1er juillet). 

L’occasion de publier, outre la marche à suivre pour les procédures d’immigration, des reportages et des témoignages inédits, un dossier sur l’histoire de ce pays qui sera peut-être un jour (aussi) le vôtre. Bref, tout ce qu’il faut savoir pour partir en connaissance de cause. Et pour que l’aventure, qu’elle soit d’une année, d’une décennie ou d’une vie, soit réussie.  

S’installer au Canada, L’Express-Réussir, juin-juillet-août 2017, 6,50 euros. En kiosque jusqu’au 7 septembre 2017. 

En savoir plus : http://www.lexpress.fr/emploi/gestion-carriere/s-installer-au-canada_1915709.html

Savoir comment se qualifier : http://classeaffairescf.com/voyage-exploratoire-2/

 

Franchises à vendre au Canada/ au Québec

Franchises à vendre au Canada/ au Québec

franchise a vendre au canada quebec
Franchises à vendre au Canada/ au Québec

Franchises à vendre au Canada/ au Québec. Vous êtes à la recherche d’une opportunité d’affaires ? Classe Affaires France Canada peut vous fournir une liste des franchises disponibles au Québec.
Vous recherchez : entreprises à vendre ou à céder au Québec ou au Canada, franchises à vendre et des commerces à vendre au Québec ou au Canada.
Pour acheter une franchise au Québec ou au Canada et ouvrir votre propre point de vente, interrogez nous afin de trouver l’opportunité de vente de franchise qui vous convient, que se soit au Canada ou au Québec.
Nous travaillons avec la plupart des franchiseurs partenaires  qui opèrent au Québec : Tim Hortons, soup soupe, A&W franchise, Adèle franchise, Armonia Médico Esthétique, Boulangerie Auger, Boston Pizza, Jeff de Bruges, Presse Café, Green, Dollars ou deux plus franchise, Harvey’s franchise qui appartient à Cara, Petro-Canada, première moisson, second cup café & cie, Canadian tire, café dépôt, la crémière, mikes, Rock N Deli franchise, Rôtisserie Scores franchise, Sushi Shop franchise, sushi taxi franchise, Thaï Express, Thaïzone, TUTTI FRUTTI, Valentine,VAN HOUTTE (Café Bistro), VOYAGE VASCO, L’ÉCHELLE EUROPÉENNE,  pacini, 

Pour en savoir plus, merci de remplir la fiche de qualification : http://classeaffairescf.com/voyage-exploratoire-2/

error: Content is protected !!